La Maison du Peuple s’improvise lieu d’accueil pour les familles délogées

Actus

Plusieurs dizaines de personnes, sans solution d’hébergement, campent désormais dans la Maison du Peuple.

MEDIA

© Le Chantier /avril 2024/ Ce campement reste une solution temporaire, néanmoins ce lieu s’avère plus sécurisé que la place du 1er Mai.

Des dizaines de personnes, expulsées des hébergements d’urgence de Clermont-Ferrand, avaient trouvé refuge place du 1er Mai. Pour échapper à la multiplication des contrôles d’identité et de leurs tentes, ils se sont déplacés sur le parvis de la Maison du Peuple. Hugues Chevarin fait le point sur la situation avec Didier Pagès du réseau éducation sans frontières. À noter : Jeudi 18 avril à partir de 18h30 une soirée concert en soutien aux familles est organisée.

Le rire pour lutter contre la grossophobie

Social

Malgré les progrès dans la lutte contre les discriminations, la grossophobie reste largement ignorée dans notre société.

MEDIA

© TEDx / Barbara Duranthon manie l’art de la satire pour aborder la grossophobie.

Préjugés, moqueries, autocensure… Les multiples manifestations de la grossophobie érigent des barrières pour les personnes grosses. La grossophobie désigne l’ensemble des comportements, discriminations et oppressions, manifestés à l’encontre des personnes en surpoids dans différents aspects de la vie quotidienne. Cette discrimination porte atteinte non seulement à la santé mentale et physique, mais aussi à la vie professionnelle. Malheureusement le milieu du travail et l’accès à l’emploi perpétuent ces discriminations. Sensible à cette question, notre journaliste Chancelle Tchiengang, a reçu Barbara Duranthon, une voie audacieuse dans la lutte contre la grossophobie.

Magic Bolide #75 Par.sek

Culture

Cette semaine, Magic Bolide se transforme en laboratoire. Place à l’expérimentation avec les hymnes techno pop de Par.sek. Rendez-vous ce vendredi à 19h sur Le Chantier !

magic-bolide-75-par-sek

Interview de ce jeune trio français plein de poésie qui veut réconcilier la chanson et le bruit des machines tout en distillant son message militant sur l’écologie ou le respect de la différence. Au programme aussi l’excellent nouvel album d’Halo Maud, les 20 ans de l’album Moon Safari de Air, un Remix du nouveau Golden Bug par Dombrance, The Black Keys s’aventurant avec succès en terre hip hop, Mount Kimbie plus électrique qu’électro, le retour du maître de la rime MC Solaar, Une pépite euphorisante du groupe Social Dance, Beyonce chantant les Beatles et moult surprises.

Christophe Crénel

COLLUSIIION débarque pour que le rap et le hip-hop percutent !

Culture

Une première édition pensée par et pour les artistes de la scène rap de la région!

MEDIA

Collusiiion, le tout premier événement de l’association OSBLC, dedié à l’esthétique rap et aux artistes émergent.es percutera demain Clermont-Ferrand ! Une programmation riche pour écouter les nouvelles voix du rap, mais aussi des rencontres pour appréhender les questions qui bousculent la culture hip-hop et plus globalement notre société.

Chancelle Tchiengang a rencontré Anaïs Dedit, manageuse et programmatrice et la rappeuse Zoé aka ANZU.

L’accessibilité ne se voit pas, elle s’entend

Social

A Chateaubriand, en Loire Atlantique, l’association ACIAH développe des outils de compensation du handicap pour permettre au plus grand nombre d’utiliser les outils numériques.

MEDIA

© l’Est Républicain/Maxppp

Comment effectuer ses démarches administratives, réserver une place de cinéma ou un billet de train lorsqu’on est mal ou non voyant ? Et bien, c’est pas simple ! Encore trop peu de sites internet sont accessibles aux personnes en situation de handicap. En utilisant des logiciels libres, l’association ACIAH a développé son propre système d’exploitation. A partir d’un linux de base, cette équipe de passionnés d’informatique, menée par Bernadette Poiraud y a injecté des outils de compensation du handicap dont un lecteur d’écran.

A l’occasion de la deuxième Journée du Numérique Responsable dans l’Ouest, l’association castelbriantaise est venue proposer un atelier. Objectif : envoyer un courriel sans souris, sans pad et surtout sans les yeux ! Laurent Cassès de la rédaction nantaise s’est prêté au jeu.

Laurent Cassès & Capucine Frey

« Une centaine de personnes se retrouveront bientôt à la rue » alerte le Secours Populaire

Actus

La saison des expulsions a repris le 1er avril ! La décision du préfet du Puy-de-Dôme concernant l’hébergement d’urgence a suscité la colère du Secours Populaire. Hugues Chevarin est allé à la rencontre de celles et ceux qui se mobilisent pour faire face à cette situation indigne.

MEDIA

© PHOTOPQR/LA PROVENCE/VALLAURI Nicolas

« En raison de directives préfectorales actant l’expulsion de nombreuses familles du dispositif d’hébergement/115 depuis janvier 2024, une centaines de personnes se retrouveront à la rue d’ici quelques semaines, dont nombre de femmes et d’enfants[…] ces familles, jetées à la rue après des années d’hébergement. «  Voici l’alerte de l’antenne du Puy-de-Dôme du Secours Populaire. Lundi 8 avril 2024, à Clermont-Ferrand, des associations, élu.es, militant.es, bénévoles boulversés se retrouvaient pour « prévoir » et faire face à cette situation d’urgence. Une crise inédite, mais malheureusement déjà vécue il y a quelques années. Hugues Chevarin relate cette mobilisation pour tenter d’enrayer cette machine déjà lancée ; la fabrication des sans-logements. Avec la participation de Adrien Thepot, secrétaire départemental SPF63, Fabien Coudert, responsable du Pôle Logement/Hébergement et Marianne Maximi, députée LFI du Puy-de-Dôme.

Immersion au sein de TiDalons, un établissement adapté aux travailleurs handicapés

Actu

MEDIA

En France, 120 000 personnes en situation de handicap travaillent au sein d’établissements adaptés, comme l’Esat TiDalons à Saint-Denis.

Photo Association Levavasseur

En France, 120 000 personnes en situation de handicap travaillent en établissement et service d’aide par le travail. Des structures financées par l’État qui permettent à des personnes pour lesquelles il est difficile de travailler en entreprise, d’exercer une activité professionnelle tout en bénéficiant d’un soutien médico-social. 

Ces établissements ne sont pas des entreprises au sens juridique du terme. Leurs travailleurs ne sont pas des « salariés », au sens du Code du travail, mais des « usagers du médico-social ». Conséquence, ils ne touchent que 60% du SMIC. Une différence de traitement dénoncée par le journaliste Thibault Petit dans un livre, Handicap à vendre, sorti en 2022…. 

Depuis, la loi pour le plein emploi entrée en vigueur au 1er janvier 2024 reconnait plus de droit aux travailleurs en Esat : adhésion à un syndicat, droit de retrait, remboursement des frais de transports, titre restaurant, droit de grève, couverture complémentaire santé collective… Mais pas encore le statut de salariés.

Photo Préfecture de La Réunion

Une mission est actuellement conduite par l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) et l’Inspection générale des finances (IGF) afin de réfléchir à l’évolution du mode de rémunération des travailleurs en Esat et la question de son financement.

En attendant, les quelques 1400 Esat accompagnent ces travailleurs au quotidien. Comme l’Esat les TiDalons à Saint-Denis. Il propose des activités diverses : blanchisserie, conditionnement, routage postal ou encore entretiens des espaces verts. Aurore Gisquet s’est rendue sur place et a tendu son micro aux équipes.

Des spectacles plus vivants pour les personnes malvoyantes

Culture

Depuis plus de 30 ans, l’association Souffleurs de Sens rend le spectacle vivant accessible aux personnes en situation de handicap.

MEDIA

© Souffleurs de Sens

Aller voir un spectacle de théâtre, assister à un concert ou à un spectacle de danse…
des activités qui peuvent nous sembler banales, ordinaires. Mais que se passe-t-il lorsqu’on ne peut pas voir ce qu’il se passe sur scène ? L’association Souffleurs de Sens s’est donnée comme mission de rendre accessible le spectacle vivant aux personnes en situation de handicap. Elle a développé un service, Souffleurs d’Images, dédié aux personnes non et malvoyantes.

Depuis sa création il y a 30 ans, l’association compte aujourd’hui plus de 600 bénévoles répartis sur le territoire, des souffleurs qui murmurent leur description des décors et de la scénographie. Victor Dobin, responsable de Souffleurs d’Images, répond aux questions d’Océane Bonnet.

La voix des talents # 28 : Wendy Morel

Actus

Le Printemps des talents est un programme lancé par la ville de Clermont-Ferrand en 2017 et qui a pour but de mettre en valeur les talents clermontois et les structures qui accompagnent au quotidien ces porteurs de projet. À noter dans vos agendas, la cérémonie des talents aura lieu le 11 juin 2024 à la Coopérative de Mai à partir de 19h.

MEDIA

©Laurent Dareau/ Wendy Morel partie des portraits des «femmes d’action et de notre territoire» pour célébrer les droits des femmes.

Oblicale est une marque de vêtements qui n’a pas peur des chiffres. Allant du 34 au 60, le projet s’inscrit dans une démarche résolument écoresponsable. La marque s’engage à donner une seconde vie à des matériaux voués à l’abandon, en les transformant en vêtements uniques et originaux. Chutes de tissus, vêtements vintages, papier mâché, la créatrice Wendy Morel explore chaque possibilité pour minimiser son impact environnemental.

Anthony Frutos

SIEL, le défi de l’emploi et de l’économie circulaire

Social

La création de la Recyclerie vient de l’initiative de Vichy Communauté qui souhaitait répondre à deux problématiques locales : l’emploi et la gestion des déchets. 3 minutes pour découvrir les coulisses de cette caverne d’Alibaba.

MEDIA

© Le Chantier / mars 2024/ Les salariés de la recyclerie SIEL pendant l’enregistrement de ce reportage.

Avec l’entrée en vigueur de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, les ressourceries et recycleries se retrouvent au cœur d’un écosystème prometteur qui va de la collecte à la réparation et au réemploi des objets. Ici découvrez la recyclerie de SIEL. Un reportage réalisé par des salariés en insertion du Tavaillon de l’Allier. Ils ont pris un calepin, gratté quelques questions, embarqué nos micros… Pour raconter leur chantier d’insertion !

Anthony Frutos